Ioannes Franciscus de La Harpe

Wikidata-logo.svg Ioannes Franciscus de La Harpe
Res apud Vicidata repertae:
Ioannes Franciscus de La Harpe: imago
Nativitas: 20 Novembris 1739; Lutetia
Obitus: 11 Februarii 1803; Lutetia
Patria: Francia

Officium

Officium: seat 21 of the Académie française
Munus: scriptor, poëta, diurnarius, criticus litterarum, scriptor scaenicus
Patronus: Mercure de France, École centrale (Révolution française)

Consociatio

Memoria

Laurae: Concours général
Sepultura: Coemeterium Père Lachaise

Ioannes Franciscus vulgo Jean-François de La Harpe (natus die 20 Novembris 1739 Lutetiae, mortuus ibidem die 11 Februarii 1803) fuit scriptor et poeta Francicus.

Le souper des philosophes - cena philosophorum ficticia in qua Voltaire, d'Alembert, Condorcet, Diderot, Delaharpe et alii; fecit Ioannes Huber

VitaRecensere

Delaharpe, filius Lausannensis cuiusdam, in principio tomos plures cum »Héroïdes« edens effectum multo feliciorem habuit tragoedia »Warwick« (1763). Quamquam aliae tragoediae Voltarium imitantes plausum non invenerunt, gloria eius auxit propter elegantes suavesque laudes »Éloges« (in Henricum IV, Fenelonem, Ioannem Racine etc.).

Homo vanitate arrogantiaque plenus adversarios sibi multos genuit, qui ita contra eum machinabantur ut adhaesio in Academia die 20.6.1776 potius clades fuisse videtur. Tunc enim multa amara epigrammata contra eum pacta sunt.

Professor litterarum in novo Lyceo annis inter 1786 et 1798 praelectiones ante auditorium uberum atque illustre habuit quod ingenium rhetoricum magni aestimans admirationem saeculi XVII nimis debilem ei ignoscebat. Praelectiones istae primo editae sunt in commentariis ab eo ipso redactis »Mercure de France«, postea autem sub titulo »Lycée, ou Cours de littérature« (Lutetiae 1799).

Rerum novarum purgatusRecensere

Eius admiratio rerum novarum mox mutata est, cum anno 1794 menses quinque in custodiam mitteretur. Vir qui antea pilleo Iacobinorum indutus coram publico ingressus erat adversarius notionum revolutionariarum summus se ostentabat facem religionis monarchiaeque in altum tollens.

In multis scriptis eius evenit gaudium critici acerrimi, qui revera nemini parcebat. Scandalo magno facta est vulgatio commercii epistularis »Correspondance littéraire, adressée an grand-duc de Russie« (dux citatus postea imperator Paulus I factus est). Inter multa alia opera mentionis digna sit adhuc »La prophétie de Cazotte«, quod opus Carolus Augustinus Sainte-Beuve superexultans rumificavit. Anthologiam operum suorum Delaharpe ipse edidit anno 1778 Lutetiae; florilegium alterum »Œuvres choisies et posthumes« in lucem prolatum est anno 1806.

OperaRecensere

  • Le Comte de Warwick (1763)
  • Timoléon (1764)
  • Pharamond (1765)
  • Mélanie, ou les Vœux forcés (1770)
  • Olinde et Sophronie (1774)
  • Menzicoff, ou les Exilés (Fontainebleau, novembre 1775)
  • Les Barmécides (1778).
  • Les Muses rivales, ou l’Apothéose de Voltaire (1779)
  • Jeanne de Naples (1781)
  • Molière à la nouvelle salle, ou les Audiences de Thalie (1782)
  • Philoctète (1783)
  • Coriolan (1784)
  • Virginie (1786)
  • Commentaire sur Racine (1795–1796, publié en 1807)
  • De la Guerre déclarée par nos nouveaux tyrans à la raison, à la morale, aux lettres et aux arts (1796)
  • Réfutation du livre de l’Esprit d’Helvétius (1797)
  • Du Fanatisme dans la langue révolutionnaire, ou de la Persécution suscitée par les barbares du xviiie siècle contre la religion chrétienne et ses ministres (1797)
  • Le Lycée, ou cours de littérature, 18 vol. (1798–1804)
  • L’Alétophile ou l’ami de la Vérité (1758)
  • Héroïdes nouvelles, précédées d’un essai sur l’héroïde en général (1759)
  • Le Philosophe des Alpes, La Gloire (1762)
  • La Délivrance de Salerne et la fondation du royaume des Deux-Siciles (1765)
  • Mélanges littéraires ou épîtres philosophiques (1765)
  • Le Poëte (épître, prix de l’Académie française en, 1766)
  • Éloge de Charles V (prix de l’Académie française en, 1767)
  • Des Malheurs de la guerre et des avantages de la paix (1767)
  • La navigation (1768)
  • Éloge de Henri IV (1769)
  • Éloge de Fénelon (1771)
  • Éloge de Racine (1772)
  • Éloge de La Fontaine (1774)
  • Éloge de Catinat (1775)
  • Conseils à un jeune poète (1775)
  • Éloge de Voltaire (1780)
  • Tangu et Félime, poème érotique (1780)
  • Abrégé de l’histoire générale des voyages, 32 vol. (1780)
  • Le Pseautier en français, traduction nouvelle, avec des notes... précédée d’un discours sur l’esprit des Livres saints et le style des prophètes (1797)
  • Correspondance littéraire adressée au grand-duc de Russie, 4 vol. (1801–1807)
  • Le Camaldule (1802)
  • Réponse d’un solitaire de La Trappe à la lettre de l’abbé de Rancé (1802)
  • Le Triomphe de la religion, ou le Roi martyr (1814) : poème héroïque
  • Commentaire sur le théâtre de Voltaire (1814)
  • Prédiction de Cazotte, faite en 1788 (1817)
  • Le Salut public, ou la Vérité dite à la Convention
  • Acte de garantie pour la liberté individuelle, la sûreté du domicile, et la liberté de la presse
  • Oui ou Non
  • La liberté de la Presse, défendue par La Harpe, contre Chénier
  • De l'Etat des Lettres en Europe, depuis la fin du siècle qui a suivi celui d'Auguste, jusqu'au règne de Louis XIV
  • Les Ruines, ou Voyage en France

Nexus externusRecensere

  Vicimedia Communia plura habent quae ad Ioannem Franciscum de La Harpe spectant.